mentions légales
_présentation
_tous les sommaires
_les noteurs
_occurrences 
_cartes postales 
_gîtes d'étape
_contact 
_Liens
Sofi Hémon
-->pour imprimer
-->pour envoyer ce texte à un ami

_Printemps 1996*

Côte sauvage - Bretagne
... eau grise lisse répartie en vaguelettes, s'ajoute au sable humide, le sable légèrement rose à peine, poudre à grumeaux de coquillages. Rigoles -écoulements divers - algues - rose fuchsia/verte noire - allongées étirées vers l'eau - leur implication avec les marées - chevelures disparates -étincelles - vent lumière - effritements répétitifs

30/04/96
Presqu'ile de Quiberon
Air teinté de paillettes. Nacre et sable blanc.

Deux pans de quai : à droite - à gauche - ce que souvent je retrouve dans ma réorganisation de l'espace.

L'autonomie de certaines toiles, une opulence presque, un silence qui s'établit, vibratoire, la timidité, le rire clair de certaines autres.

J'aimerais voir plus juste, sentir au plus juste

Crainte d'être éclipsée

Cauchemar : le charnier continue, j'en évite les terres agglutinées le monstre c'est moi!

24/06/96
Radkovice - République Tchèque
Le paysage pour fuir les hommes, si possible pris dans la vitesse, un voyage
où il n'est jamais question de photographier les gens.

"La femme sauvage dans les forêts bosniaques", (Le Monde 06/96) ou 17 lettres horizontales adressées à Adriena Simotova:

Vert liquide à peine vert, bleu si gris
Relevés de losanges, de triangles, tracés fins pris à la règle, formes géométriques intervenant pour indélimiter l'espace, le plaisir d'être là presque par hasard.
La légèreté des herbes.

Le pli serait ce qu'il convient de mieux à cette situation - bord à bord, ce paysage plié chaque ligne prise d'un horizon à l'autre.

Le sifflement des blés et ce mélange de souplesse des tiges et du touffu des têtes.

La femme sauvage se nourrissait de fraises sauvages, elle ne souhaite pas retourner parmi les hommes.

La paille entassée - les sillons d'eau - l'ombre des nuages - ailleurs des flaques noires : une eau brune dégagée par le purin.
Les crêtes soulignées par une alignée d'arbres - l'entrecroisement des herbes Rouge brique/vert tendre/terre mousse
Zones - verts sillons profonds - remontées de sang Temps incertain

La cime blessée, brisure de l'arbre, petit doigt cassé d'un coup de pince, brisure d'allumette, tête pendante

Ratissage des champs - balayage et grandes auréoles de vernis en prévision.

La pathologie du voyageur solitaire : celle de vouloir aller plus loin, toujours et encore, celle de perdre la notion d'un retour possible, de se déprendre...

L'arête des champs - le grouillement des sous-bois - les lignes oblongues -les imbrications multiples
Décidément l'espace !Ci est horizontal! (cette obsession qu'ont certains pour le panoramique)


Vision : caresser le papier = les yeux caressent s'enivrent du volume, trébuchant déjà sur des points précis.

Proximité de certaines couleurs - des éclats entrevus, entre un gris dense bleuté et l'oscillation verte des têtes d'orge.

fracture - pli - froissement

Vendredi 28/06

Concentration difficile, éparpillement général, nous avons atteint hier une pointe d'incompréhension.

Froissements : 17 plans horizontaux, superpositions légères de fines strates de paysages, papiers pliés froissés, apparition d'un très léger volume

Matériaux : le tendre, oscillation/vacillation

Entre l'herbe et toute ligne qui se découvre, le voyageur dans sa découverte réunit ressent repense toutes les lignes d'horizon.

07196 de retour à St Ouen
... chaque couleur en prise à l'autre, chaque diffusion, chaque rayonnement palpitant impalpable se fond à l'oeil. Mon oeil recherche l'équation entre le rayonnement (lenteur de la toile, intensité et applatissenent de la lumière) et la toile, souvent je réajuste, je m 1 ajuste en tournant les pupilles vers le ciel.

Sentiments à prendre de la nature : l'extérieur comme le remous fugitif de ce qui se passe en soi-même.

Voir plus juste, plus vite

Les gestes se découvrent au fur et à mesure de l'écoulement du temps sablier, justement le temps amène geste après geste un aspect déplié de la pensée.

Cette couleur pleine, Duras l'idée qu'on ne peut réveiller quelqu'un qui dort

Rêve : devant l'espace grouillant, sans précipitation, de mes mains sort un espace foisonnant.

Couchée sur le sol endormie, flaque réduite, entassement, amoncellement, le long d'un chemin de vieilles herbes séchées oubliées. Mais qui est celui/celle qui délaisse le fruit de son travail?

fruit - flaques - froissements - lumière amoindrie - fleur de sel

17/06/96
Rêve : la peinture prend son sens une fois élevée du sol, je prends la toile et j'éprouve à chaque élévation un soulagement, une libération

Rêve clair : le sol parquet de bois, de grandes fenêtres allongées verticales où la lumière bleuit. Circuler d'espace en espace comporte une énigme, je circule, angoisse à bout portant, voici ce que j'apprends : l'Espace comporte l'Enigme et l'Enigme ne sera pas résolue.

Une densité claire, j'envisageais la roseur comme une buée, une rosée prise en pleine ascension de la lumière et ce mot magique :
Clairière.




l du même auteur ailleurs sur le site l
_Carnets transitoires I II (n° 0 - juin 1996)
_Automne-hiver 1996-97 (n° 2 - juin 1997)
_Atelier d'été 1997 (n° 3 - janvier 1998)
_Elégia - la couleur et la plainte 1998/1999 (n° 5 - automne 1999)



-->pour retourner en haut de la page